Dernières nouvelles sur les projets de négociations internationales

La Major League Baseball et la MLB Players Association ont convenu d’une nouvelle convention collective le 10 mars, mettant fin à un lock-out qui a gelé le sport pendant plus de quatre mois. Pour parvenir à cet accord, les deux parties ont dû trouver un terrain d’entente sur une grande variété de questions, mais il y avait une question que les deux parties ont convenu de prendre la route et de régler à un autre moment.

Le concours voulait remplacer le système de signature international existant par un concept international, suggérant que ce serait un moyen d’améliorer un système qui a pas mal de problèmes. Steve Adams de MLBTR a examiné de près de nombreux problèmes en mars, transmettant des rapports de nombreuses sources de préoccupation, y compris des joueurs qui ont été évalués avant de devenir adolescents et ont conclu des accords verbaux dès l’âge de 13 ou 14 ans. D’autres préoccupations incluent l’utilisation de stéroïdes chez ces jeunes et la corruption parmi les «buscones» qui concluent souvent des accords entre les équipes et les joueurs.

Cependant, les joueurs se sont retirés et beaucoup ont souligné qu’il existe déjà des règles contre un tel comportement, mais peu ou pas appliquées, et que la véritable motivation de la MLB à vouloir le repêchage est d’améliorer la capacité de gain des joueurs et leur capacité à soutenir leurs employeurs. supprimer.

La ligue a tenté d’adoucir le pot en se débarrassant du système d’offre de qualification en échange, ce qui a un impact négatif sur la capacité de gain des joueurs qui en reçoivent un. Mais ce n’était pas suffisant pour mordre le syndicat. En fin de compte, les deux parties ont convenu de mettre cette impasse particulière sur la glace jusqu’au 25 juillet. Si les deux parties peuvent s’entendre sur un projet international d’ici là, le système d’offre qualificative sera éliminé. Sinon, le système international existant de pools de bonus plafonnés continuera d’exister, tout comme le QO.

À un peu plus de deux semaines de cette échéance, les parties se sont réunies aujourd’hui pour discuter de propositions. Jeff Passan d’ESPN a été l’un des rapporteurs à passer le mot de la rencontre, notant que les deux parties sont séparées par des lacunes importantes dans leurs propositions. Bob Nightengal de USA Today a ajouté que la proposition du syndicat implique un pool d’argent plus élevé pour les joueurs repêchés, notant que les joueurs de Porto Rico et du Japon seraient exclus du repêchage. (Un précédent rapport de Jorge Castillo du Los Angeles Times notait que l’inclusion ou l’exclusion de joueurs japonais était toujours en cours de négociation.) Hannah Keyser de Yahoo! sport a ajouté que les deux propositions avaient en commun le même nombre de tours et les mêmes limites d’âge.

Alden Gonzalez d’ESPN puis les principales différences en ce qui concerne les chiffres. La proposition de la MLB est une conception en 20 rounds avec des valeurs de clôture fermes, ce qui signifie que le joueur et l’équipe ne seraient pas en mesure de négocier un montant supérieur ou inférieur. Le montant total en espèces pour le repêchage serait de 181 millions de dollars, les joueurs non tirés au sort étant limités à un bonus maximum de 20 000 $ s’ils s’inscrivaient par la suite en tant qu’agents libres. L’offre de compteur MLBPA est également de 20 tours, mais il n’y a pas de limite de bonus de joueur, un pool de 260 millions de dollars et une limite de 40 000 $ pour les joueurs non tirés.

Pour référence, le repêchage actuel comprend des joueurs des États-Unis, du Canada et de Porto Rico. Chaque équipe reçoit un pool de bonus, ces pools variant en taille en fonction des choix de l’équipe. Chaque choix est accompagné d’une valeur de slot, bien que les équipes soient libres de signer des joueurs au-dessus ou en dessous des prix de slot attribués, tant que le prix total de ces achats ne dépasse pas la valeur de leur pool de bonus. Ce n’est pas une limite stricte car les clubs sont autorisés à dépasser leurs pools de bonus, bien qu’il y ait des pénalités croissantes en fonction du nombre d’équipes qui dépassent leur limite.

Dans ce système de concept existant, les joueurs ont au moins une certaine influence dans les négociations avec les équipes. Si un joueur n’obtient pas de bonus à son goût, il peut refuser de signer et de jouer au ballon universitaire, revenant au repêchage à une date ultérieure. Il semble que les joueurs apprécient ce peu de liberté de choix alors qu’ils essaient de le mettre en œuvre également pour les joueurs internationaux. La ligue, d’autre part, est plus intéressée à réduire les coûts, à la fois grâce aux machines à sous dures et au plus petit pool d’argent total disponible.

Que les deux parties puissent combler cet écart et parvenir à un accord aura d’énormes implications pour de nombreux acteurs, actuels et futurs. Comme le souligne Evan Drellich de The Athletic, 28,2% des 975 joueurs sur les listes de la journée d’ouverture sont nés à l’étranger, avec des centaines d’autres dans les systèmes de ligue mineure de chaque club et d’autres rejoignent chaque année. Les jeunes d’aujourd’hui qui suivront un jour leurs traces pourraient être confrontés au statu quo ou vouloir naviguer dans un nouveau système qui sera complété dans les semaines à venir.

L’accord, ou son absence, aura également un impact majeur sur les acteurs actuels. Le système de liste de qualification est connu depuis des années pour entraver la capacité de gain des agents libres car il est lié à la perte du choix de repêchage. La plupart des équipes intéressées à signer un agent libre avec QO considéreront la perte du choix de repêchage comme faisant partie du coût d’achat et réduiront leur offre financière en conséquence. Cependant, cela ne concerne qu’une dizaine de joueurs par an. Par exemple, il y en avait 14. Alors que le syndicat aimerait certainement se débarrasser de la QO, la conception internationale affecte tellement plus d’acteurs qu’ils n’accepteront probablement pas un cadre de conception insatisfaisant juste pour l’éliminer.

Il y aura d’autres nouvelles à venir car les deux parties continueront certainement à négocier dans les semaines à venir. Il est bien sûr possible que les deux parties conviennent d’une autre prolongation et repoussent la date limite au-delà du 25 juillet, mais cela serait semé d’embûches. Les joueurs échangés en milieu de saison ne seront pas éligibles aux offres de qualification à la fin de la saison, ce qui signifie que les équipes voudront probablement savoir si le système QO est en place avant de décider comment aborder la date limite d’échange du 2 août.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *