Les employés de Starbucks font grève sur place à Boston

Les baristas de Starbucks dans un établissement de Boston seront en grève à partir de lundi, a annoncé le Greater Boston Starbucks Workers United (SBWU). Le SBWU a déclaré que les baristas du 874 Commonwealth Ave. étaient en grève pour des changements immédiats sur leur lieu de travail. Le SBWU a déclaré que les employés avaient déclaré dans leur lettre à la direction que leur décision de faire grève résultait d’une planification inadéquate et incohérente, d’exigences de disponibilité imposées unilatéralement et d’un comportement de la direction contraire à la mission et aux valeurs de Starbucks, ainsi qu’à d’autres activités commerciales qui, selon le syndicat, enfreignent la législation fédérale du travail. Taylor Dickerson, qui a récemment été embauchée sur place en février, a déclaré qu’elle était régulièrement programmée pour une moyenne de 30 heures et plus que chaque semaine. Dickerson a déclaré que ses heures avaient été modifiées après que le lieu ait formé un syndicat. “Lorsque nous avons eu un nouveau directeur après nous être syndiqués, mes heures ont pratiquement été réduites de moitié, malgré ma disponibilité, ma constance et mon travail acharné”, a déclaré Dickerson. En raison de ces réductions horaires, les employés seront affectés négativement par ces changements, a déclaré le SBWU. “Nous devons souvent sauter des pauses pour faire les choses à temps et même dans ce cas, nous nous retrouvons en retard de nos quarts de travail”, explique Nora Rossi, chef de quart. “Nous sommes tellement en sous-effectif que chaque jour nous sommes prêts à échouer.” Ces conditions de travail irréalistes ont commencé lorsque Tomi Chorlian a été embauché comme manager par intérim, immédiatement après les baristas du 874 Commonwealth Ave. leur syndicat avait gagné, a déclaré le SBWU. “J’ai travaillé ici pendant plus d’un an sous trois managers différents”, a déclaré la barista Sarah Chan. “Le magasin n’a jamais été aussi constamment en sous-effectif, mais notre nouveau directeur affirme qu’il n’y a pas assez d’heures à consacrer à l’embauche de cinq nouvelles personnes en même temps.” “Non seulement cela rend difficile le paiement des factures, mais cela fait aussi mal le magasin, car il manque souvent de personnel, ce qui affecte nos ventes, notre propreté et notre moral », a déclaré Dickerson. « Cette réponse ressemble à une punition directe pour les syndicats. jusqu’à ce qu’un accord soit conclu entre les employés et la direction.

Les baristas de Starbucks dans un établissement de Boston seront en grève à partir de lundi, a annoncé le Greater Boston Starbucks Workers United (SBWU).

Le SBWU a déclaré que les baristas du 874 Commonwealth Ave. étaient en grève pour des changements immédiats sur leur lieu de travail.

Le SBWU a déclaré que les employés avaient déclaré dans leur lettre à la direction que leur décision de faire grève était le résultat d’une planification inadéquate et incohérente, d’exigences de disponibilité imposées unilatéralement et d’un comportement de la direction incompatible avec la mission et les valeurs de Starbucks, ainsi que d’autres activités commerciales revendiquées par le syndicat. enfreint la législation fédérale du travail.

Taylor Dickerson, qui a récemment été embauchée sur place en février, a indiqué qu’elle avait prévu en moyenne 30 heures et plus chaque semaine. Dickerson a déclaré que ses heures avaient été modifiées après que le lieu ait formé un syndicat.

“Lorsque nous avons eu un nouveau directeur après nous être syndiqués, mes heures ont pratiquement été réduites de moitié, malgré ma disponibilité, ma constance et mon travail acharné”, a déclaré Dickerson.

En raison de ces réductions horaires, les employés seront affectés négativement par ces changements, a déclaré le SBWU.

“Nous devons souvent sauter des pauses pour faire les choses à temps et même dans ce cas, nous nous retrouvons en retard de nos quarts de travail”, explique Nora Rossi, chef de quart. “Nous sommes tellement en sous-effectif que chaque jour nous sommes prêts à échouer.”

Ces conditions de travail irréalistes ont commencé lorsque Tomi Chorlian a été embauché comme manager par intérim, immédiatement après les baristas du 874 Commonwealth Ave. leur syndicat avait gagné, a déclaré le SBWU.

“J’ai travaillé ici pendant plus d’un an sous trois managers différents”, a déclaré la barista Sarah Chan. “Le magasin n’a jamais été aussi constamment en sous-effectif, mais notre nouveau directeur affirme qu’il n’y a pas assez d’heures à consacrer à l’embauche de cinq nouvelles personnes en même temps.”

“Non seulement cela rend difficile le paiement des factures, mais cela nuit au magasin car il manque souvent de personnel, ce qui a un impact sur nos ventes, notre propreté et notre moral”, a déclaré Dickerson. “Cette réponse ressemble à une punition directe pour les syndicats.”

SBWU a déclaré que les baristas viendront chercher à l’extérieur de leur magasin de 9 h à 13 h jusqu’à ce qu’un accord soit conclu entre les employés et la direction.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *