Fatmata Binta permet au monde de goûter à la culture alimentaire nomade

(CNN) — Fatmata Binta a vécu dans de nombreux endroits toute sa vie, mais où qu’elle soit, la nourriture est toujours sa maison. Sa passion pour la cuisine a commencé alors qu’elle n’avait que cinq ans.

Née en Sierra Leone, en Afrique de l’Ouest, Binta a grandi en apprenant les coutumes du peuple peul – l’un des plus grands groupes nomades d’Afrique. Elle se souvient avoir passé une grande partie de son enfance dans la cuisine à aider sa mère et sa grand-mère à préparer des plats traditionnels peuls. “J’ai grandi en les regardant rassembler les gens grâce à la nourriture”, a-t-elle déclaré.

Binta, désormais basée à Accra, la capitale du Ghana, perpétue cette tradition. En 2018, elle a lancé Dine on a Mat – un restaurant éphémère qui a voyagé dans des villes d’Europe, des États-Unis et d’Afrique, donnant aux gens du monde entier la chance de découvrir sa culture d’origine. Elle a également fondé la Fulani Kitchen Foundation pour autonomiser et soutenir les femmes des communautés rurales au Ghana et en Afrique de l’Ouest.

Fatmata Binta prépare un repas pour les invités de son expérience Dine on a Mat à Accra, au Ghana.

CNN

Ces entreprises ont permis à Binta de recevoir l’une de ses plus hautes récompenses à ce jour. En juin, elle a remporté le prix du monde culinaire basque. Créé en 2016 par le centre culinaire du même nom en Espagne, le prix est décerné à un chef qui utilise son talent et sa créativité pour transformer la société par la nourriture. Les organisateurs ont déclaré que Binta avait été choisie parmi 1 000 nominés pour sa “capacité à présenter une culture culinaire nomade durable et à explorer la diaspora de la cuisine ouest-africaine” via Dine on a Mat.

“C’était écrasant dans le bon sens”, a déclaré Binta à CNN. “Cela signifie tout ce vers quoi nous travaillons depuis quelques années, c’est enfin célébré et reconnu, et ce n’est que le début de tant d’autres choses qui auront un impact sur des vies.”

Elle a ajouté que le premier Africain à remporter ce titre prestigieux “signifie tellement, pas seulement pour moi” mais pour d’autres “chefs en herbe… (et) des personnes qui travaillent sans relâche dans les coulisses”.

Cuisine peule

Chaque plat servi par Binta est un hommage à son héritage peul. Il y a environ 20 à 45 millions de Peuls, dont beaucoup sont répartis dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Binta dit que leur cuisine à base de plantes, qui comprend souvent des légumes séchés au soleil et des céréales anciennes comme le fonio et le millet, est fortement influencée par leur mode de vie nomade. Elle a décrit le partage des repas lorsqu’elle était enfant avec des aînés peuls, disant qu’ils s’asseyaient sur des nattes et “construisaient un lien autour de la nourriture” pour discuter de la morale et des valeurs – un sens de la communauté qu’ils ont développé au fil des ans a vu changer.

“Cela me brise le cœur de voir cela s’estomper”, a-t-elle déclaré. “Aujourd’hui, nous sommes ‘grab and go’, tout le monde est pressé. J’ai l’impression que nous devons revenir en arrière et nous connecter avec nos racines… en particulier les traditions alimentaires.”

Binta décrit ses plats comme « audacieux », « authentiques » et « pleins de saveurs ». Elle donne une touche moderne aux recettes traditionnelles qu’elle apprend en visitant les communautés peules voisines. Au cours d’un voyage, des villageois locaux lui ont appris à utiliser du lait de vache pour faire du Wagashi – un fromage doux et doux.

Binta (à gauche) visite un village peul au Ghana pour s'approvisionner en ingrédients locaux et trouver l'inspiration pour son expérience culinaire Dine on a Mat.

Binta (à gauche) visite un village peul au Ghana pour s’approvisionner en ingrédients locaux et trouver l’inspiration pour son expérience culinaire Dine on a Mat.

CNN

De retour à Accra, Binta infuse le fromage avec de la fumée, arrose d’un glaçage au miel et le grille, avant de l’associer à des plantains et de le servir avec son pop-up. “C’est l’un de nos favoris du public”, a-t-elle déclaré.

Les clients sont ensuite emmenés dans un “voyage” autour d’un repas composé de plusieurs plats. Binta explique chaque plat pendant que les invités s’assoient sur des nattes et mangent avec leurs mains. Elle croit que la nourriture a un «langage universel» et que manger dans un cadre traditionnel ouvre la voie à la connexion. “Lorsque vous vous asseyez sur les tapis, vous devenez ancré… cela apporte de la compassion”, a-t-elle déclaré. “Je pense que c’est puissant.”

“Je veux changer l’histoire de la façon dont les gens voient les Fulani… Je veux que tous ceux qui sont assis sur mon tapis partent en tant qu’ambassadeurs du peuple Fulani”, a ajouté Binta.

Après avoir remporté le prix de 100 000 € (100 000 $), Binta a déclaré qu’elle espérait étendre son expérience Dine on a Mat à plus de pays et “travailler avec de nombreux chefs africains”.

Autonomisation des femmes peules

Le produit de “Dine on a Mat” va également à la Fulani Kitchen Foundation de Binta. Binta est fière de son héritage, mais dit également que la tradition peul signifie que les femmes sont souvent considérées principalement comme des épouses et des mères.

“Je veux qu’ils s’impliquent et qu’ils aient quelque chose à espérer et à vivre”, a-t-elle déclaré.

Binta a déclaré qu’elle avait évité de justesse de se marier à l’âge de 16 ans et qu’elle s’est depuis opposée au mariage précoce.

Sa fondation vise à autonomiser les femmes des communautés peules en répondant à leurs besoins sociaux, éducatifs et communautaires. Jusqu’à présent, la fondation a aidé plus de 300 familles dans 12 villages du Ghana, a-t-elle ajouté.

Maintenant, Binta dit qu’elle envisage de déménager à Daboya, dans le nord du Ghana, où elle a acheté quatre hectares de terrain pour construire un centre communautaire pour soutenir les femmes peules. “Je veux vraiment avoir un impact positif sur ces problèmes afin que ces filles aient un espace où elles sachent qu’elles peuvent faire beaucoup pour elles-mêmes”, a-t-elle déclaré.

Leave a Reply

Your email address will not be published.