Les mandats de vaccin COVID de l’administrateur de Biden pourraient paralyser la Garde nationale

LES NOUVELLESVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Pendant des décennies, la Garde nationale a servi de colonne vertébrale pour sauver les Américains à travers le pays en temps de crise.

Of het nu gaat om het coördineren van orkaanreacties, het trainen van onze bondgenoten in het buitenland, het reageren op binnenlandse burgerlijke onrust, het bestrijden van bosbranden of het opzetten van COVID-19-veldhospitalen en het behandelen van patiënten – ze zijn er voor ons Vous connaissez.

Mais lorsque la prochaine crise frappera nos côtes, les États-Unis manqueront du nombre d’hommes et de femmes pour venir à notre secours.

Les aviateurs affectés à la 178e Escadre de la Garde nationale aérienne de l’Ohio se tiennent au garde-à-vous, avec leur famille et leurs amis, lors d’une cérémonie d’appel au devoir le 6 mars 2022 à Springfield, Ohio.
(photo de l’US Air National Guard par l’aviateur Colin Simpson)

Le 30 juin a marqué la date limite arbitraire du secrétaire à la Défense Lloyd Austin pour que les membres de la Garde nationale et des réserves reçoivent le vaccin COVID-19, malgré le mandat du Congrès selon lequel le ministère de la Défense établit des procédures uniformes en vertu desquelles les membres du service peuvent être exemptés.

LE JUGE FÉDÉRAL INTERROMPRE LE LIBÉRATION DES MEMBRES DE L’AIR FORCE QUI REFUSENT LA VACCINATION

Si le secrétaire Austin impose ce mandat aux militaires qui ont choisi de ne pas être vaccinés pour des raisons de santé personnelles ou des exemptions religieuses, la Garde nationale sera paralysée.

À ce jour, environ 60 000 gardes nationaux et réservistes n’ont pas été vaccinés, et la décision attendue de l’administration Biden pourrait punir les militaires qui ont été en première ligne pour lutter contre cette pandémie.

Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, témoigne devant le sous-comité de la défense de la commission des crédits de la Chambre lors d'une audience à Capitol Hill le 11 mai 2022.

Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, témoigne devant le sous-comité de la défense de la commission des crédits de la Chambre lors d’une audience à Capitol Hill le 11 mai 2022.
(AP/José Luis Magana)

En tant que membre du Congrès et colonel de la Garde nationale – qui a eu le COVID-19 et a été vacciné – je ne peux pas imaginer une décision plus imprudente que de réprimander des dizaines de milliers de membres de la Garde nationale qui ont répondu au devoir.

Notre position militaire actuelle ne peut pas non plus se le permettre.

Actuellement, chaque branche de l’armée américaine lutte énormément pour recruter des hommes et des femmes pour rejoindre ses rangs. Cette année sera l’une des pires années de recrutement pour nos militaires depuis la guerre du Vietnam.

Le président Joe Biden fait des remarques sur la fin de la guerre en Afghanistan à la Maison Blanche le 31 août 2021.

Le président Joe Biden fait des remarques sur la fin de la guerre en Afghanistan à la Maison Blanche le 31 août 2021.
(Chip Somodevilla/Getty Images)

Qu’il s’agisse d’imposer un mandat de vaccination à nos troupes, du retrait désastreux d’Afghanistan ou de l’endoctrinement accru par le biais de séminaires et de formations obligatoires, nos militaires s’épuisent.

En liant nos luttes de recrutement au renforcement militaire massif de la Chine et au chemin de guerre continu de la Russie en Ukraine, notre sécurité nationale ne peut pas risquer de ne pas avoir le personnel prêt à combattre la prochaine guerre ou à gérer une urgence ici chez nous.

Pendant que l’administration Biden réfléchit à sa décision, les gardes et les réservistes ne seront pas autorisés à participer à des exercices d’entraînement ou à des jeux de guerre. Cela réduit considérablement leur capacité de combat si des unités de la Garde nationale doivent être activées pour combattre à l’étranger ou en cas de catastrophe naturelle. Nous sommes fiers d’avoir les combattants les mieux entraînés au monde, et les garder chez nous ne fait que nous moins préparés pour notre prochaine aventure militaire ou crise intérieure à grande échelle.

Un manifestant solitaire se tient devant la Cour suprême des États-Unis alors qu'il entend des arguments contre le vaccin national COVID-19 ou les mandats de test pour COVID-19 à Washington, le 7 janvier 2022.

Un manifestant solitaire se tient devant la Cour suprême des États-Unis alors qu’il entend des arguments contre le vaccin national COVID-19 ou les mandats de test pour COVID-19 à Washington, le 7 janvier 2022.
(Reuters/Jonathan Ernst)

De plus, ces gardes sont exclus de la solde de service et leurs prestations de retraite ne sont pas indemnisées.

De nombreux partisans du mandat de vaccination souligneront les exigences existantes selon lesquelles les travailleurs des services doivent recevoir d’autres vaccins pour servir. Bien sûr, il est important que nous ayons de l’ordre et de la discipline dans nos rangs, et les soldats doivent obéir aux ordres. Mais les dirigeants doivent réévaluer les commandes une fois que les conditions ont changé.

La réalité est que le vaccin COVID-19 a été développé en vertu d’une ordonnance d’urgence, et d’autres vaccins obligatoires ont fait l’objet de décennies de recherche pour soutenir leur innocuité et leur efficacité.

Deux choses ont changé depuis la mise en œuvre du mandat. Premièrement, il a été démontré que le vaccin n’arrêtait pas la propagation, mais plutôt qu’il réduisait les symptômes. Deuxièmement, des dizaines de milliers de gardes nationaux et de réservistes ont exprimé de sérieuses réserves quant au développement de vaccins d’urgence.

CLIQUEZ ICI POUR RECEVOIR LA NEWSLETTER CONSEILS

Il est irresponsable de paralyser notre armée, qui se compose principalement de jeunes hommes et femmes en bonne santé.

Beaucoup de ces travailleurs des services ont déjà été exposés au COVID-19, et la loi sur la défense de l’année dernière demande spécifiquement au département de déterminer si les expositions précédentes entraînent une protection à long terme des anticorps, ce qui peut produire des niveaux comparables d’immunité au vaccin.

Si ces conclusions sont remplies, il n’y a aucune excuse pour interdire aux travailleurs des services de servir en uniforme.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

À l’approche de la saison des ouragans et des incendies de forêt, il est impératif que nos États disposent du personnel nécessaire pour faire face aux pires scénarios.

Le président Biden et le secrétaire Austin doivent prendre une décision. Cela ne devrait pas être difficile.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS SUR REP. Michel Valse

Leave a Reply

Your email address will not be published.