Pourquoi le nouveau projet de constitution tunisien est-il si controversé ? | Nouvelles sur les élections

Les Tunisiens votent une nouvelle constitution présidentielle à laquelle de nombreuses personnes dans le pays s’opposent.

Tunis, Tunisie – Les Tunisiens voteront lundi lors d’un référendum pour décider d’adopter ou non une nouvelle constitution pour laquelle le président Kais Saied a réclamé, qui, si elle est adoptée, transformera le pays de sa démocratie parlementaire hybride actuelle en une démocratie qui donne au président des pouvoirs étendus.

Les partisans de Saied pensent que sa nouvelle constitution simplifiera le système de gouvernement et réduira le chaos politique de l’année écoulée.

Ses opposants craignent que la concentration des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire entre les mains d’une seule personne ne soit le retour à un gouvernement à un seul homme, et nombre d’entre eux envisagent de boycotter le référendum.

La Tunisie a été saluée comme la seule république démocratique du monde arabe.

Le 14 janvier 2011, la Tunisie a évincé son dirigeant de longue date, le président Zine El Abidine Ben Ali, mettant fin à des années de régime fort et d’oppression.

Mais alors que des élections libres et équitables ont suivi et l’introduction d’une nouvelle constitution en 2014 qui comprenait de nombreux droits, ces dernières années ont vu le pays basculer entre les crises, et les difficultés économiques persistantes ont laissé de nombreux Tunisiens frustrés.

A quels problèmes la Tunisie a-t-elle été confrontée ?

  • La Tunisie a été confrontée à de graves problèmes en raison d’importants attentats “terroristes”, du recrutement de jeunes dans le groupe ISIL (ISIS), du chômage de masse, de la corruption et d’une crise économique.
  • De nombreux problèmes ont été transmis aux partis politiques du pays, notamment Ennahdha, qui a émergé après toutes les élections législatives tenues avec le plus de voix depuis 2011. Autrefois associé aux Frères musulmans, Ennahdha se décrit désormais comme un parti « démocrate musulman ». Les opposants disent que le parti n’a pas fait assez pour apporter le changement promis lors de la révolution de 2011, mais Ennahdha dit qu’il a activement collaboré avec d’autres partis dans un effort d’inclusion.
  • Des élections législatives et présidentielles se sont tenues en Tunisie en septembre 2019 mais ont été embourbées dans la polémique, avec l’emprisonnement du candidat à la présidentielle Nabil Karoui et des allégations de manipulation politique via les réseaux sociaux.
  • Le 14 octobre 2019, Kais Saied, un enseignant à la retraite qui s’est présenté comme coureur indépendant, a remporté une victoire écrasante pour devenir président. C’est un populiste considéré par beaucoup comme un moyen efficace de mettre fin à ce qu’ils considèrent comme une élite politique “corrompue”, mais une opposition croissante s’inquiète de l’effet qu’il a sur la démocratie tunisienne et a appelé au boycott du vote de lundi.

Pourquoi Saied change-t-il la constitution ?

  • Saied, un outsider politique, a déclaré qu’il ne croyait pas aux partis politiques établis dans le pays et a proposé un système alternatif basé sur un pouvoir présidentiel centralisé et des conseils régionaux élus.
  • Saied attribue les crises en Tunisie au système politique du pays, où un parlement partage le pouvoir avec la présidence.
  • Saied estime qu’une présidence forte est plutôt nécessaire, ce qui permettra au titulaire du poste d’agir rapidement et de manière décisive.

Que s’est-il passé depuis que Kais Saied est devenu président ?

  • Le mandat de Saied n’a pas été sans heurts et a été marqué par des conflits.
  • En mars 2020, la Tunisie est entrée en confinement total pour empêcher la propagation du COVID-19. En 2021, affaiblis par la pandémie, des troubles civils éclatent, suivis de semaines de manifestations. La police a répondu en arrêtant des gens en masse.
  • En juillet, une vague meurtrière de la tribu Delta a balayé le pays, mettant la pression sur les services de santé, tandis que le chaos fait rage au parlement avec des députés qui applaudissent dans la chambre.
  • Le 17 juillet 2021, un groupe se faisant appeler le Mouvement du 25 juillet a appelé les Tunisiens à descendre dans la rue le jour de l’indépendance de la Tunisie pour demander au président d’intervenir. Des manifestations ont suivi le 25 juillet et ce soir-là, Saied a annoncé une période de mesures exceptionnelles, limogeant le gouvernement et suspendant le parlement.
  • De nombreux Tunisiens ont célébré, surtout après une répression contre les opposants politiques. Les critiques de Saied l’ont qualifié de coup d’État.

Pourquoi les adversaires de Saied sont-ils si inquiets ?

  • Le 22 septembre 2021, Saied a déclaré qu’il gouvernerait par décret présidentiel. Cela a évoqué des souvenirs de l’ancien règne de Ben Ali.
  • Saied a dissous les institutions démocratiques, y compris le Conseil supérieur de la magistrature et le parlement, et a fait face à des critiques internationales.
  • Alors que Saied invitait d’autres à travailler sur une nouvelle constitution, il a finalement publié son propre projet le 30 juin. L’homme chargé de rédiger la constitution est également venu critiquer le document publié par Saied et s’en est éloigné.
  • Entre autres choses, la nouvelle constitution permettra à Saied de gouverner par décret jusqu’à ce qu’un nouveau parlement soit élu en décembre, et lui donnera l’autorité ultime sur le parlement.

Les gens sont-ils vraiment intéressés ?

  • En janvier, Saied a lancé un plébiscite en ligne sur une nouvelle constitution, mais seulement 450 000 personnes y ont participé.
  • L’autorité électorale indique que plus de neuf millions de Tunisiens se sont inscrits pour voter, contre sept millions qui se sont inscrits pour les élections de 2019. Cependant, les sondages prédisent un faible taux de participation de seulement 10 à 15 % de l’électorat et font état d’un taux de participation pour les Tunisiens vivant à l’étranger qui ont déjà voté se situait entre 4,5 et 6,5 %.
  • Malgré cela, l’article 139 de la constitution de Saied stipule qu’après le décompte de tous les votes, la constitution sera adoptée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.