La programmation complète du TIFF 2022 dévoilée :

La gamme complète de galas et de sélections spéciales rejoint une liste solide de titres déjà annoncés de certains de nos cinéastes préférés.

Le TIFF a annoncé aujourd’hui la liste complète des programmes de gala et de présentations spéciales du 47e Festival international du film de Toronto, qui se déroulera du 8 au 18 septembre. La nouvelle fait suite à plusieurs annonces de premières mondiales cet été, dont le film d’ouverture de Sally El Hosaini “The Swimmers”.

Parmi les titres majeurs annoncés aujourd’hui figurent « Women Talking » de Sarah Polley, « The Whale » de Darren Aronofsky et « Empire of Light » de Sam Mendes. Ils sont tous présentés dans la section très médiatisée des présentations spéciales, qui présente également les premières mondiales annoncées précédemment de “The Fabelmans” de Steven Spielberg, “Glass Onion: A Knives Out Mystery” de Rian Johnson et “Bros” de Nicholas Stoller, dans en plus de plusieurs temps forts du calendrier du festival.

Le PDG du TIFF, Cameron Bailey, marque sa première année en tant que seul leader du festival avec une équipe de programmation remaniée, un certain nombre de nouveaux sites et de gros efforts pour maximiser la présence de l’industrie. “Ça va ressembler au festival que vous connaissez, mais avec de nouveaux éléments”, a déclaré Bailey dans une récente interview avec IndieWire.

Cela comprend l’ajout du Royal Alexander Theatre de 1 000 places, un lieu historique que le festival met à jour pour une projection et un son à la pointe de la technologie. À deux minutes du Roy Thomson Hall et des théâtres Princess of Wales, la salle fait partie du centre-ville de Toronto « qui sera vraiment le centre d’activité pour de nombreuses premières », a déclaré Bailey. “Les fans seront de sortie. Nous savons que de grands acteurs et réalisateurs viennent en ville, alors nous nous attendons à ce genre d’excitation.”

Le festival avait précédemment annoncé la première mondiale de “The Fabelmans” de Spielberg, un drame autobiographique qui, selon Bailey, plairait à tous ceux qui apprécient les films de Spielberg. “Ils venaient d’une personne qui avait des passions, des obsessions et des peurs”, a déclaré Bailey. “Vous voyez ça dans le film.” Il a positionné un autre grand titre d’automne comme une pièce quasi-compagnon: “Empire of Light” de Mendes, une romance des années 80 mettant en vedette Olivia Colman et Colin Firth se déroulant autour d’un vieux cinéma sur la côte sud de l’Angleterre. “C’est de l’herbe à chat pour les cinéphiles”, a-t-il déclaré.

Un autre film qui se démarque dans la section Gala est “The Greatest Beer Run Ever”, le premier effort de réalisateur de Peter Farrelly depuis son mastodonte Oscar “Green Book” qui a été lancé dans la même section TIFF il y a quatre ans et a remporté le prix du public. Malgré le titre effronté, ce n’est pas un retour aux comédies loufoques qu’il faisait avec son frère, Bobby; au lieu de cela, il s’agit d’une adaptation du livre de non-fiction de Joanna Molloy sur un vétéran du Corps des Marines américain de 1967 qui se faufile au Vietnam avec un sac de sport de bière à partager avec des amis au combat. Zac Efron joue le vétéran audacieux.

“Empire de Lumière”

Images de projecteur

“Ce n’est pas tout à fait une comédie”, a déclaré Bailey. “Il y a des thèmes très sérieux dans le film sur son éveil moral, sa compréhension que la guerre du Vietnam qu’il considérait comme un conflit entre le bien et le mal s’avère beaucoup plus compliquée. Il en apprend beaucoup plus sur l’effet sur le peuple vietnamien.

La section marque également la première venue de Tyler Perry au festival en tant que réalisateur. “A Jazzman’s Blues” du prolifique milliardaire d’Atlanta, produit par Netflix, découle du premier scénario qu’il ait jamais écrit en 1995 et tourne autour d’une histoire d’amour se déroulant dans le Grand Sud des années 1940. “C’est un film plus grand, peut-être plus dramatiquement ambitieux pour lui”, a déclaré Bailey. « C’est magnifiquement réalisé et il y a une vraie grâce. Si vous connaissez ses films, vous serez peut-être surpris par le look and feel, mais le cœur de celui-ci est bien Tyler Perry.”

Des titres commerciaux annoncés précédemment tels que “Bros” et “Glass Onion: A Knives Out Mystery” scénarisés par Billy Eichner indiquent une tentative du festival de présenter des premières de haut niveau hors du circuit des récompenses, même si beaucoup de ces films seront également présents. . Le festival a également annoncé les premières mondiales de la comédie de passage à l’âge adulte de Lena Dunham ‘Catherine Called Birdy’, le véhicule vedette de Harry Styles ‘My Policeman’ et le drame de Viola Davis ‘The Woman King’, qui, selon Bailey, était l’un de ses meilleurs performance.

Catherine dite Birdy

“Catherine nommée Birdy”

TIFF

Bailey a également noté la gamme des titres de vente du festival, y compris “Walkup” du favori de l’art et essai Hong Sang-soo (“pas nécessairement un film primé, mais un film sur lequel les critiques peuvent commenter”) et “Butcher’s Crossing” de Gabe Polsky, mettant en vedette Fred Hechinger en tant que décrocheur du secondaire qui se lie d’amitié avec un chasseur de bisons (Nicolas Cage) dans la nature sauvage du Colorado. “La bonne nouvelle, c’est qu’ils viennent des studios ou des plateformes de streaming ou qu’ils soient destinés à la vente, il y a encore assez de soutien ou d’argent pour faire des films avec une ambition artistique”, a déclaré Bailey. “C’est tout ce dont nous avons besoin.”

“Sainte Araignée”

D’autres ajouts notables incluent les premières mondiales de “Moving On” de Paul Weitz, “Prisoner’s Daughter” de Catherine Hardwicke, “Raymond & Ray” de Rodrigo García, “Allelujah” de Richard Eyre, le remake d’Edward Berger de “All Quiet on the Western Front”, JD . « Devotion » de Dillard et « Wendell & Wild » de Henry Selick.

Une variété d’autres favoris du festival qui sont en première (ou ont déjà été en première) ailleurs sont également sur le pont, y compris “Hunt” de Lee Jung-jae, “The Son” de Florian Zeller, “The Banshees of Inisherin” de Martin McDonagh, Park Chan-wook’s “Décision de partir”, “Holy Spider” d’Ali Abbasi, Sarah Polley, “The Eternal Daughter” de Joanna Hogg et “One Fine Morning” de Mia Hansen-Løve. Deux friandises particulièrement spéciales du circuit: le gagnant de la Palme d’Or de Ruben Östlund, «Triangle of Sadness», et le gagnant du Grand Prix du Jury de Sundance de Nikyatu Jusu, «Nanny».

Consultez la liste des ajouts nouveaux et passés ci-dessous, avec plus d’ajouts dans les jours à venir.

PRÉSENTATIONS DE GALA 2022

*Précédemment annoncé

“Alice, chérie”, Mary Nighy | Canada, États-Unis, Première mondiale

“Glace noire”, Hubert Davis | Canada, première mondiale

“La traversée du boucher”, Gabe Polsky | États-Unis, première mondiale

“La plus grande course de bière de tous les temps”, Peter Farrelly | États-Unis, première mondiale

“Le Colibri”, Francesca Archibugi | Italie, France, Première mondiale

“Chasse”

“Chasse”, Lee Jung-jae | Corée du Sud, première nord-américaine

“Le blues d’un jazzman”, Tyler Perry | États-Unis, première mondiale

“Kachey Limbu,” Shubham Yogi | Inde, première mondiale

“Passez à autre chose”, Paul Weitz | États-Unis, première mondiale

« Souvenirs de Paris », Alice Winocour | France, Première nord-américaine

“La fille du prisonnier”, Catherine Hardwicke | États-Unis, première mondiale

“Raymond & Ray”, Rodrigo García | États-Unis, première mondiale

“Perchoir”, Amy Redford | États-Unis, première mondiale

“Sidney,” Reginald Hudlin | États-Unis, première mondiale

“La femme roi”

Sony

“Le Fils”, Florian Zeller | Royaume-Uni, Première nord-américaine

*”Les Nageurs”, Sally El Hosaini | Royaume-Uni, Première mondiale Film de la soirée d’ouverture

“Qu’est-ce que l’amour a à voir avec ça?”, Shekhar Kapur | Royaume-Uni, Première mondiale

* “La femme roi”, Gina Prince-Bythewood | États-Unis, première mondiale

PRÉSENTATIONS SPÉCIALES 2022

*Précédemment annoncé

“Alléluia”, Sir Richard Eyre | Royaume-Uni, Première mondiale

Alléluia_25-11-21_RY_1481.dng

“Alléluia”

Rob Youngson

“Tout est calme sur le front occidental”, Edward Berger | États-Unis, Allemagne, Première mondiale

“Les banshees d’Inisherin”, Martin McDonagh | Royaume-Uni, Irlande, États-Unis, Première nord-américaine

« Dos bleu », Robert Connolly | Australie, première mondiale

“Le caftan bleu”, Maryam Touzani | Maroc, France, Belgique, Danemark, Première nord-américaine

“Courtier”, Hirokazu Kore-eda | Corée du Sud, première canadienne

*”Frère”, Clément Virgo | Canada, première mondiale

* “Frères”, Nicholas Stoller | États-Unis, première mondiale

*« Catherine appelée Birdy », Lena Dunham | Royaume-Uni, Première mondiale

Colin Farrell et Brendan Gleeson dans le film LES BANSHES D'INISHERIN.  Photo publiée avec l'aimable autorisation de Searchlight Pictures.  © 2022 Studios du 20e siècle Tous droits réservés.

“Les Banshees d’Inisherin”

Images de projecteur

“Chaussée”, Lila Neugebauer | États-Unis, première mondiale

“Chevalier”, Stephen Williams | États-Unis, première mondiale

“Corsages”, Marie Kreutzer | Autriche, France, Allemagne, Première nord-américaine

“Décision de partir”, Park Chan-wook | Corée du Sud, première nord-américaine

“Dédicace”, JD Dillard | États-Unis, première mondiale

“Conduire à Madeleine”, Christian Carion | France, Première Internationale

“Le Suppléant”, Diego Lerman | Argentine, Italie, Mexique, Espagne, France, Première mondiale

“L’empire de la lumière”, Sam Mendes | Première britannique, américaine et canadienne

“La fille éternelle”, Joanna Hogg | Royaume-Uni, Première nord-américaine

*”Les Fableman”, Steven Spielberg | États-Unis, première mondiale

* « Oignon de verre : un mystère de couteau », Rian Johnson | États-Unis, première mondiale

“Bonne nuit Oppy”, Ryan White | États-Unis, Première internationale

“La bonne infirmière”, Tobias Lindholm | États-Unis, première mondiale

“Sainte Araignée”, Ali Abbasi | Danemark, Allemagne, Suède, France, première canadienne

“Joyland”, Saim Sadiq | Pakistan, première nord-américaine

_A926353.ARW

« Chevalier »

Larry Horrick

« Le cavalier du roi », Biyi Bandele | Nigéria, première mondiale

“Le roi perdu”, Stephen Frears | Royaume-Uni, Première mondiale

“Un homme de raison”, Jung Woo-sung | Corée du Sud, Première mondiale

“Le Menu”, Mark Mylo | États-Unis, première mondiale

* “Sur la montée”, Sanaa Lathan | États-Unis, première mondiale

“Bonne matinée”, Mia Hansen-Løve | France, première canadienne

“Les enfants des autres”, Rebecca Zlotowski | France, Première nord-américaine

« Rêverie lunaire », Brett Morgen | États-Unis, première nord-américaine

* “Mon officier de police”, Michael Grandage | Royaume-Uni, Première mondiale

“Le menu”

Images de projecteur

“Nounou”, Nikyatu Jusu | États-Unis, Première internationale

“Pas d’ours”, Jafar Panahi | Iran, première nord-américaine

« Le retour de Tanya Tucker : avec Brandi Carlile », Kathlyn Horan | États-Unis, Première internationale

“Saint-Omer”, Alice Diop | France, Première nord-américaine

“Sanctuaire”, Zachary Wigon | États-Unis, première mondiale

« Des histoires qui ne devraient pas être racontées », Cesc Gay | Espagne, première mondiale

Triangle de tristesse

“Triangle du chagrin”

le Festival de Cannes

“Triangle du chagrin”, Ruben Östlund | Suède, Royaume-Uni, États-Unis, France, Grèce, Première nord-américaine

“Montez”, Hong Sangsoo | Corée du Sud, Première mondiale

“Wendell & Wild”, Henry Selick | États-Unis, première mondiale

“La baleine”, Darren Aronofsky | États-Unis, première nord-américaine

“Les femmes qui parlent”, Sarah Polley | États-Unis, Première internationale

“Le Miracle”, Sébastien Lelio | Royaume-Uni, Irlande, Première canadienne

S’inscrire: Restez à jour avec les dernières nouvelles du cinéma et de la télévision! Inscrivez-vous ici pour nos newsletters par e-mail.

Leave a Reply

Your email address will not be published.